L'affaire Sugaya

 

Synopsis 

Kiyoshi Shimizu travaille pour une grande chaîne de télévision, qui vient de lancer une nouvelle émission ambitieuse : permettre des enquêtes journalistiques au long cours sur des sujets sensibles. Persuadé que le journalisme doit faire bouger la société, Shimizu rouvre une série de dossiers classés qui sont autant d'affaires de meurtres d'enfants. Il est, persuadé qu'il tient la piste d'un tueur en série. Seul hic : un homme est déjà emprisonné depuis 17 ans pour l'un de ces crimes... Mais ce dossier sent trop l'erreur judiciaire. Même s'il va être plus que difficile de le prouver.

Mon avis 

Ce manga en un volume raconte l’histoire vraie, très récente (2009) d’une enquête de journalistes qui a permis, par son acharnement et sa pertinence, d’aboutir à la révision du procès et à la libération d’un homme condamné à perpétuité pour un meurtre qu’il n’avait pas commis. Cette histoire, rendue encore plus touchante par sa véracité, permet d’aborder l’erreur judiciaire et montre comment il est possible d’en arriver là.
Elle évoque la pression mise sur la police pour trouver le criminel lorsqu’un meurtre est commis, pression telle qu’elle peut en arriver à coffrer n’importe qui pour désigner le coupable. On aborde aussi la question des faux aveux, qu’un homme peut-être trop faible d’esprit peut finir par faire à force d’être effrayé et épuisé psychologiquement ; or on voit qu’il suffit d’un seul moment d’abandon pour que les centaines de dénégations qui ont précédé ne soit plus prises en compte… De même, on perçoit les contradictions et lacunes du premier jugement, qui paraissent parfois énormes, mais il fallait quand même s’interroger, et les découvrir.
Mais au-delà du fond, ce manga est aussi très bon par sa forme. Le fait qu’il s’agisse d’un volume unique provoque une certaine rapidité à quelques passages, mais pourra aussi attirer vers ce titre un public peu amateur de séries longues. La construction est plutôt bonne et bien rythmée, sans temps mort ni ralentissements mais sans précipitation non plus. Le trait fin et réaliste pourra certainement séduire un public plus large que le public de base du manga.
Et comme il s’agit de l’histoire de l’enquête des journalistes, il y a aussi dans ce one-shot un suivi de l’intrigue qui permet d’y trouver de la continuité et du suspens. Il y a quelque chose d’un peu polar à suivre les raisonnements des enquêteurs et les différentes pistes qu’ils ont suivies parfois en devant combattre l’opinion publique ou les autorités.
Nous avons donc non seulement d’une thématique qui interpelle, mais aussi une forme bien faite et agréable à lire. Ce manga est sans hésiter à conseiller, à un large cercle parmi les lecteurs en général.

Note : 9/10
Mangaka : Kenichi Tachibana et Hiroshi Takano 
Disponible en français chez Akata/Delcourt

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site