Astral Project

Astral Project
Synopsis

Une nuit, alors qu'il traîne en boîte, Masahiko reçoit un coup de téléphone anonyme lui annonçant la mort d'Asami, sa soeur aînée. Il décide de retourner chez ses parents afin de récupérer un objet, n'importe lequel qu'il puisse garder en souvenir d'elle. Il choisit de prendre le dernier CD qu'elle a écouté, un CD gravé, resté dans son lecteur.
De retour à Tokyo, à l'écoute du CD, Masahiko se retrouve flottant dans les airs... au-dessus de son propre corps ! Il commence alors à tenter diverses expériences : survoler Tokyo, se rendre d'un lieu à un autre, attraper des objets... C'est ainsi qu'il rencontre deux personnes, qui comme lui, peuvent sortir de leur corps. Le peu de mots qu'il échange avec eux ne fait que multiplier les questions : pourquoi ce CD lui permet-il de quitter son enveloppe corporelle ? Quelles sont les autres entités existant dans ce monde ? La mort d'Asami est-elle liée à tout cela ? Masahiko commence donc à enquêter sur le musicien à l'origine de cette musique. Il s'avère que c'est Albert Ayler, un jazzman américain de génie, mort de manière mystérieuse...

Mon avis

En voilà une série bien étrange ! Unique et particulier, ce manga vous entraîne dans une histoire tranquille, lente, avec peu d'action, mais si mystérieuse que sans pour autant dévorer, on ne peut s'empêcher de se demander ce que réserve la suite. Les secrets sont en effet nombreux, et les pages défilantes on se rend de plus en plus compte de l'incroyable profondeur des thèmes abordés : la vie, la mort, l'âme, la société de consommation pervertie, la perte de l'identité humaine.... C'est profond, intrigant et surtout très philosophique. Les personnages sont eux aussi hors normes, étranges mais attachants, en particulier ceux qui ne sont pas humains (soit l'homme du tableau et le petit visqueux). Quant à l'intrigue, malgré les apparences en fait il n'y en a pas vraiment, et son semblant finira par tomber à plat, cependant ce n'est clairement pas l'intérêt principal de ce manga dont la force se situe plutôt dans son atmosphère décalée et déconcertante. Le graphisme, plutôt beau et assez réaliste, le rend d'autant plus sympathique à parcourir !

Note : 7/10
Mangaka : Marginal et Shûji Takeya
Disponible en français chez Sakka

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×