Hotaru no haka - Le tombeau des lucioles

Hotaru no haka (Le tombeau des lucioles)
Synopsis

En pleine guerre mondiale, Seita, quatorze ans, et sa petite sœur Setsuko perdent leur mère sous les bombes. Celle-ci ayant auparavant pactisé avec sa cousine en prévoyance d'un malheur, les deux enfants partent vivre chez leur tante ; la cohabitation s'annonce bien au début, mais les temps se durcissent et bientôt on leur fait comprendre qu'ils sont de trop... C'est le début d'une tragédie.

Mon avis

Quasiment tout le monde connaît la version dessin animée, remarquable chef d'œuvre du maître Isao Takahata (ou l'autre pilier du studio Ghibli), mais plus rares sont les gens à avoir connaissance de l'existence d'une version live ! Or si vous pouvez la regarder, je ne peux que vous conseiller de le faire, car la version cinéma est elle aussi une petite merveille dans le genre !
Cadrages remarquables, musique à point nommé, acteurs excellents (surtout la petite Setsuko, incroyable malgré son jeune âge)... Ce film semble ne pas avoir de défauts ! Par contre, si vous avez pleuré pour la version animée, attendez-vous à pleurer encore plus pour celle-là, car l'émotion est au même degré !

Des différences ? Quelques-unes, mais en bien.
Tout d'abord, la version live est plus proche du livre de base (La tombe des lucioles, de Akiyuki Nosaka).
Ensuite, le film fait un trait entre leur génération et la notre, et souligne le fait que l'histoire est extrêmement récente sur l'échelle du temps.
La narration est en assez grande partie du point de vue de la cousine de Seita et Setsuko, la fille de leur tante. Cette dernière bénéficie donc d'un éclairage neuf, la montrant sous le profil d'un être humain déchiré et confronté à des responsabilités pesantes et à des choix difficiles.
Le film met plus en valeur la relation des deux familles avec le père parti à la guerre, et la responsabilité dont héritent d'un seul coup les fils aînés comme Seita... Il y a aussi une mise en valeur certaine sur le frère du mari de la tante, un homme de bon cœur mais affaibli par sa jambe boiteuse.
Pour le reste, la version live est très ressemblante à la version animée, et quiconque a aimé l'une devrait logiquement aimer l'autre.

Pour ma part, j'ai franchement adoré, j'ai ressenti nettement plus d'émotion qu'au visionnage de la version animée (qui n'était déjà pas moindre dans le genre). Ce film est fait tout en nuances subtiles, et les personnages ont l'air tellement sincères au début que par la suite on a encore plus envie de leur foutre des baffes, ou de les embrasser. Les symboles comme le pont, la rivière ou les lucioles, sont extrêmement forts. J'espère vraiment qu'il sera licencié !

Note : 10/10

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site