Code Geass

Code Geass - Hangyaku no Lelouch
Synopsis

Nous sommes en 2017. Sept ans se sont écoulés depuis que le Nouvel Empire de Britannia a déclaré la guerre au Japon. Ce dernier, n'ayant pu résister aux robots de combat de l'Empire (appelés Knightmares), est devenu un territoire de l'Empire connu sous le nom de Zone 11. Lelouch, jeune étudiant qui se joue des nobles, se retrouve un jour impliqué dans le vol d'une arme chimique, qui s'avère être en réalité une fille. Malheureusement pour lui, les soldats de l'Armée Impériale le retrouvent, le prennent pour un terroriste et s'apprêtent à le tuer. C'est alors que la fille s'interpose et meurt, cependant elle parvient à accorder à Lelouch un pouvoir à partir duquel il peut prendre le contrôle de l'esprit de n'importe qui et lui donner n'importe quel ordre. Il va s'en servir pour accomplir sa grande ambition : détruire Britannia et bâtir un monde où sa soeur Nunally pourrait vivre heureuse.

Mon avis

Code Geass a un peu de peine à se détacher de ses modèles principaux -Death Note et Gundam Seed- et propose sans rougir une série de procédés et de personnages pour la plupart repris d'autres grands titres. Cependant, Code Geass a su choisir chaque fois le meilleur et se l'approprier de la bonne façon, de sorte que le mixage est extrêmement réussi et la série... passionnante !
Lelouch, le personnage le plus charismatique de la saga, se présente comme un Light doté d'un minimum d'humanité : grand stratège doté d'une intelligence hors du commun, il va se servir de son pouvoir pour atteindre ses ambitions, et le tester afin d'en connaître les limites. Il s'entourera des meilleurs alliés et combinera intelligemment ses deux identités : l'étudiant un peu glandeur de l'académie Ashford et Zero, le redoutable chef de l'Ordre des Chevaliers Noirs. Il n'agit qu'à moitié pour lui-même et sa vengeance, son but premier restant le bonheur de sa soeur chérie, Nunally, aveugle et handicapée, à laquelle il voue un amour inconditionnel. Seule ombre au tableau : son meilleur ami, Suzaku, a choisi un chemin inverse, celui de réformer Britannia de l'intérieur, et ils finiront par s'opposer durement au combat. Evidemment, le schéma des amis devenus ennemis est commun mais pourquoi bouder une recette qui marche ?
Les personnages féminins -malgré leur magnifique design signé Clamp- sont moins réussis et font très clichés, entre la maîtresse du combat qui donne des ordres sur le champ de bataille, la garçon manqué qui lutte avec talent et la princesse sirupeuse qui, à l'instar de Lacus Clyne, a à coeur de participer aux évènements politiques et se trouvera étroitement liée aux événements de la fin. Mais finalement, elles restent attachantes, et même si elles ne marqueront personne, on suivra leurs aventures avec plaisir.
En termes de scénario, Code Geass fait véritablement montre de génie et alterne combats épiques et stratégies démentielles, un rebondissement de situation entraînant l'autre ; les épisodes ne cesseront jamais de nous surprendre. Plusieurs révélations claquent, elles ne sont pas toujours utilisées tout de suite mais promettent invariablement le meilleur !
Pour finir, la vie estudiantine à Ashford n'est pas laissée pour compte et tous les adeptes d'histoires d'amitié ponctuées d'humour y trouveront leur compte, avec plusieurs épisodes dont la seule fonction est de détendre le spectateur...
Finalement, Code Geass allie plusieurs genres, et s'il a repris des éléments d'autres séries, c'est toujours le meilleur, et bien utilisé. Cette série est à recommander à tout le monde !

Note : 9/10

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×